5 pistes pour pratiquer le slow tourisme

Le « slow tourisme » ou « tourisme lent », est une façon de voyager en prenant le temps de vivre. Une véritable philosophie de vie (slow life) qui incite à plus de lenteur jusque dans ses voyages. On est donc très loin du tourisme de masse avec ses hordes de touristes suivant le même parcours et logeant dans des hôtels, déconnectés de la population locale. Le slow tourisme se pratique au plus près des locaux afin de s’imprégner au maximum de la culture.

Le concept vous tente mais vous ne savez pas trop comment pratiquer le slow tourisme ? Pas de panique ! Je vous livre ici 5 pistes à explorer pour rendre vos futurs sorties, escapades ou même vacances beaucoup plus slow et respectueuses de votre environnement.

5 pistes pour pratiquer le slow tourisme

1Faire des excursions dans une petite zone géographique

Pour pratiquer le slow tourisme et profiter pleinement de son lieu de vacances, on oublie les temps de trajets trop longs. Il en est de même pour la liste d’endroits à visiter (trop souvent à rallonge). Concentrez-vous plutôt sur une zone géographique plus petite comme une vallée ou un rayon de kilomètres raisonnable autour de votre lieu d’hébergement. Moins vous passerez de temps dans les transports, plus vous réduirez votre impact carbone et pourrez profiter d’activités diverses et variées.

Slow tourisme

2 – Privilégier une mobilité douce

Dans la logique de faire du slow tourisme dans une même zone géographique, le choix d’une mobilité douce et respectueuse de l’environnement coule de source. En fonction de votre destination vous pourrez trouver de nombreuses options, parfois insolites, pour vous déplacer d’un lieu à l’autre.

Il y a bien évidemment le vélo (et sa variante électrique pour les zones vallonnées si vous ne vous sentez pas les jambes) mais également des alternatives telles que le cheval ou l’âne pour une balade équestre ou une longue randonnée . Le canoë-kayak ou même le paddle peuvent être une solution. Cela permet de découvrir un territoire depuis une perspective différente : celle de l’eau. Pourquoi ne pas vous lancer dans cette aventure sur plusieurs jours en prévoyant d’établir votre campement au gré de vos envies mais toujours dans le respect des règles (ne pas laisser de traces et respecter l’environnement). Slow tourisme rime avec responsable !

Slow tourisme

3 – Pratiquer le slow tourisme en ville

Qui a dit que le slow tourisme devait uniquement se pratiquer à la campagne ?

Découvrir une ville, ses différents quartiers avec les artistes, artisans, boutiques de créateurs et petits commerces qui les composent… Il y a toujours des pépites à découvrir, même chez soi. La ville sur laquelle vous aurez jeté votre dévolu est peut-être connue pour ses oeuvres de street-art ou même son architecture. Il existe également de nombreuses applications mobiles, et parfois même entreprises, proposant des jeux à l’échelle d’une ville entière ou d’un quartier. Chasse au trésor, escape game à ciel ouvert ou jeu de piste, ce ne sont pas les activités qui manquent.

Slow tourisme

4 – S’adonner à la slow food

La slow food  est un concept né en Italie pendant les années 80 à la suite de la création d’un Mac Donald’s au coeur de Rome. Depuis, ce mouvement a pris de l’ampleur jusqu’à devenir une véritable philosophie de vie. Si vous n’êtes pas encore adepte de cette pratique, les vacances sont l’occasion rêvée pour la découvrir.

En effet, la slow food et le slow tourisme partagent des valeurs similaires. Consommer des produits locaux, qui ont été cultivés et transformés dans le respect de l’environnement et qui sont bons pour la santé. Rendez-vous sur les marchés de producteurs, directement sur les exploitations ou partez à la recherche de restaurants valorisant les produits frais et locaux. De belles expériences gustatives vous attendent.

Si vous en avez la possibilité, ramenez des produits frais glanés sur les marchés ou en provenance de producteurs locaux pour fabriquer vos conserves. Une belle façon de prolonger votre voyage une fois rentré.

Slow tourisme

5 – Vacances rurales

La ville c’est pas votre truc ? Partez vous mettre au vert. Comme nous l’avons vu plus haut, le slow tourisme n’est pas l’apanage d’une destination en particulier. En partant à la campagne, vous pourrez vous lancer dans une détox digitale et tester de nouvelles activités au plus proche de la nature. Laissez-vous tenter par exemple par le earthing. Gratuit, accessible à tous et praticable (presque) partout, elle possède en plus de nombreux bienfaits pour votre santé.

Vous avez envie de pousser l’aventure du tourisme slow encore plus loin ? Pourquoi ne pas aller visiter une ville labellisée  Cittaslow ? L’occasion de découvrir des communes au fonctionnement alternatif.

Niveau hébergement il y en a pour tous les goûts. Du gîte éco-conçu à la chambre d’hôte dans une ferme en passant par le glamping et ses logements insolites, vous avez l’embarras du choix. Il existe de nombreux labels garantissant divers engagements éco-responsables pour les établissements concernés. Gardez simplement en considération que l’obtention de tels labels est très onéreux et de nombreuses petites entreprises n’ont très souvent pas les moyens d’y adhérer en dépit de leurs pratiques respectueuses de l’environnement. N’hésitez donc pas à vous renseignez et poser des questions aux gérants avant de réserver. D’autre part, il existe des plateformes telles que Ethik Hotels référençant des hôtels aux engagements éco-responsables où vous pourrez pratiquer le slow tourisme en toute sérénité.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Suivez-nous sur Instagram

Demande d'annulation